A quatre mains

Ecrites à quatre mains, nos impressions de retour de Camargue où Teodros et moi avons passé deux jours hors du temps:

 

Rouge comme la cape des toréadors qui glisse entre les cornes du taureau 

Rose comme les nuages à la tombée du jour

Bleu comme le ciel, la mer, les volets mi-clos des maisons

Blanc comme les hérons, les jeunes flamands et autres aigrettes

Jaune comme le soleil qui tape et assomme le paysage de sa chaleur torride

Blanc comme les chevaux camarguais crinières au vent dont les sabots résonnent sur le bitume

Noir comme les taureaux dont les silhouettes se dessinent sur les pâturages verts

Orange comme les dents des ragondins qui grignotent les racines des marais

Rose comme les ailes des flamands, comme leur bec, comme leurs pattes, comme les crevettes qu’ils mangent

Rouge comme les robes des gitanes qui lisent l’avenir dans les mains

Blanc comme les croûtes de sel au bord des salins de Camargue

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s