Israël : Mode d’emploi

Avec un peu de retard (et du coup l’ordre chronologique de nos articles va s’en trouver tout chamboulé, mais tant pis), Teodros et moi avons décidé de faire un petit article mode d’emploi pour chaque pays : je m’appuie pas mal sur ceux des autres voyageurs pour des informations et des détails organisationnels, alors on fait le nôtre aussi, avec nos bons plans et infos utiles. Nos modes d’emploi ne se veulent pas exhaustifs : on n’a pas tout vu, tout fait, et de toute façon, une partie des informations serait vite obsolète. On se focalisera donc plutôt sur des informations qui nous ont semblé insolites, ou bien qu’on aurait bien aimé savoir avant pour s’organiser différemment. En même temps, c’est un peu ça le voyage, non ?

Bref, je vous laisse faire le tri de ce qui peut être utile et de ce que vous voulez découvrir par vous même.

Et on commence par le premier et le dernier pays visité : Israël.

Pour un français, la vie est assez chère en Israël: la nourriture, surtout la viande, et donc les restaurants sont aussi voire plus chers qu’en France. Privilégier des restaurants ou des menus végétariens est une bonne solution pour limiter la casse. Finalement, le moins cher, ce doit être le billet d’avion, de France (avec Transavia) …

Les transports publics sont assez bien organisés : d’une grande ville à l’autre, bon réseau de cars (Egged, le plus développé, Nazareth transport and tourism dans le nord, etc.), confortables et fréquents. Les arrêts se font aux « junctions », c’est-à-dire aux carrefours principaux des grands axes routiers. Pour arriver à destination finale, il faut prévoir qu’on vienne vous chercher. Ou bien compter sur le stop : les gens véhiculés s’arrêtent volontiers pour vous prendre à bord. Dans les villes, les taxis sont abordables. De l’aéroport Ben Gurion, il y a des cars et des trains qui partent vers le Nord et vers le Sud. Dont le car 485 direct de et vers Jérusalem Central Bus Station (d’où on peut prendre le tramway). Bête à dire, mais bon, ça ne mange pas de pain : éviter de prévoir des déplacements vendredi après midi et samedi : c’est Shabbat. Et si vous voulez aller en territoire palestinien, prévoir large pour les temps de trajets à cause de la queue aux check-points. Et ne pas oublier son passeport ! A Jérusalem, la carte de transport valable pour les bus et le tramway s’achète 5 NIS environ et est rechargeable aux machines de station de tramways seulement. Si votre trajet commence par le bus, prévoyez avant !

Les gens parlent assez souvent anglais, il y a pas mal de gens polyglottes, pas mal de francophones d’ailleurs. Peu de problèmes de communication, donc.

Dans la vieille ville de Jérusalem, on vous aborde pour vous aider quand vous avez l’air de chercher votre chemin : attention, le service n’est pas gratuit !

Oh ben bien sûr, j’ai du oublier un million de choses qui m’ont paru interessantes à noter sur le coup, et puis ça fait tellement de bons souvenirs de se tromper, de s’étonner. Ca permet de mettre en perspective, de prendre son temps, de demander aux gens, et donc de faire des rencontres !

Bon, mais quand même, si quelque chose me revient qui me semble important, je mettrai cet article à jour.

Et si vous avez des choses à rajouter, n’hésitez pas, en commentaire.

2 commentaires sur “Israël : Mode d’emploi

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s