Ferry or not ferry ?

Ferry or not ferry ? In other words, ferry or « flying dolphin » ? Non, arrêtez, je vous vois bien derrière votre écran (oui, parce que j’ai des dons de vision infra-écran, il faut le savoir), vous vous dites qu’il faut que je revoie mes citations classiques, que je me suis encore trompée (comme pour quiz, dans un autre article, qui prend un seul z, paraît il … heureusement, j’ai un comité de relecture compétent !), que decidément, on ne comprend rien à ce blog, heureusement que Teodros fait des vidéos et écrit des articles sans faute… Bon, alors j’ai envie de dire « calmez vous tout de suite » mais je me contenterai poliment de vous enjoindre à un peu de patience, je m’en vais de ce pas vous raconter une aventure rocambolesque.

Bon, ça se passe sur l’île d’Agistri, qui est très hors-saisonesque comme vous l’aurez compris, et sur laquelle nous avons passé une divine journée. On y est allé en ferry « gros cul », appellation toute personnelle je vous l’accorde, qui désigne la plastique très spécifique des ferries qui peuvent embarquer des véhicules, massifs, donc. Ils sont plus lents, mais je les préfère à leurs petits camarades sprinters et plus sveltes. Googlez les deux, vous verrez par vous même de quoi je parle.

Mais qu’est ce que vous voulez, moi, sur la mer, je ne trouve pas qu’il faille aller vite nécessairement. Les mouettes peuvent nous suivre sur les gros culs quand on est encore proche des côtes, elles viennent nous accueillir quand on se rapproche de notre destination ; elles sont larguées sur les »flying dolphins ». Sur les gros culs, on peut rester sur la passerelle, regarder l’eau jaillir du sillage, flâner nez au vent; sur les « flying dolphins », on est installé comme dans un avion. Bref.

L’horaire du dernier retour en fin de journée était plus pratique en »flying dolphin », on se résigne, et on prend donc l’aller sur l’un, le retour sur l’autre. Et figurez vous que sur cette île minuscule qu’est Agistri, il y a deux ports, oui, c’est comme ça, et quand je parle de port, je ne vous parle pas de deux anneaux avec deux bâteaux de pêche et demi, non, je vous parle d’un port qui accueille des ferries ! En même temps, comme c’est le moyen de transport en commun privilégié vu l’environnement, c’est un peu notre bus à nous en somme. Rien d’étonnant, donc, quand on y pense. Je n’ai pas dû penser suffisamment, à l’évidence.

La blague, c’est que les gros culs utilisent un port, et, vous l’aurez compris, les « flying dolphins » l’autre. Mais personne ne vous le dit, bien sûr, quand vous achetez votre billet ; ni à bord du bateau ; remarquez, ils ne sont pas sensés savoir comment vous rentrez… Pas faux…

Et nous, tranquilles, de déjeuner au port en chasse au coquillage sur la plage, on ne s’est pas méfié; on s’est doucettement rapproché de notre port d’origine comme l’heure du retour approchait. Je crois que c’est la solitude de l’endroit qui m’a mis la puce à l’oreille, à 15mn de l’horaire de départ. Pas âme qui vive… Avouez… Le soleil commence à se coucher (17h, normal), c’est le dernier bateau de la journée, et rien… Même pas un chat, alors qu’on en avait douze autour des genoux pendant le déjeuner…

C’est un vieux papier A4 vaguement traduit dans un anglais approximatif et perdu au milieu d’autres, tous en grec, collé sur une cahute pas loin d’être abandonnée à l’entrée du port qui m’informe que je ne suis pas au bon endroit… C’est le dernier bateau de la journée, j’insiste, et on est à 2kms (ce que me confirme un gars du cru relativement hilare face à ma tête de touriste qui ne comprend rien) du port de départ des « flying dolphins »… Tout va bien…

Alors évidemment, on essaie de partir au galop, je passe rapidement au petit trot, puis à la marche rapide…. Mais enfin, autant se l’avouer, 2kms en 10 mn, je ne suis pas super bonne en calcul mental, mais c’est foutu d’avance ! Pfffff … Passer la nuit sur l’île ? Mais tout est fermé, et il fait un peu frisquet pour dormir sur la plage, même si ça fait aventurier.

Désespérée, j’arrête une vieille Fiat Panda qui roule à vitesse normale, c’est à dire un vague 2km/h … A cette allure, j’ai beau me mettre au beau milieu de la route, je ne crains vraiment rien, inutile donc de m’en vanter… J’adopte mon plus mauvais accent en anglais, le plus compréhensible pour les Grecs, suppose-je, je l’entoure de mon plus gentil sourire, et ask for a lift … Avant de déchanter : il y a un passager à l’avant et pas de banquette arrière. La tête du conducteur est claire : il fait de gros efforts, mais il ne comprend rien à mon désespoir. Je réitère mon sourire, l’enveloppe de mon plus gentil « no problem », ou le contraire, je ne sais plus, et reprend ma marche rapide et mon désespoir.

Deux minutes plus tard, voilà-t-y pas que deux scooters, dont l’un est piloté par le conducteur de la Fiat Panda, s’arrêtent, nous chopent sous le bras à la va-comme-j’te-pousse, et nous voilà en selle derrière deux papis, sur deux scooters quasi en ruine, sans casque, le »flying dolphin » déjà amarré en point de mire. On se croirait à Marseille mais avec des vieux !

Je vous passe le suspense : on a réussi à attraper notre ferry quasi au vol, après un ride de malade de 8 mn, donc: 2 mn pour comprendre ce qui nous arrivait, lâcher la Fiat Panda en plein milieu de la route, choper deux scooters quelque part et nous rejoindre, avant de mettre les gaz (à petit feu) sur presque 2 kms: go papi go !!!

En arrivant en dérapage contrôlé (toujours à petit feu…) devant le « flying dolphin », on les a noyé de bisous et de « efcharisto » avant d’embarquer en vitesse.

Charge à nous maintenant d’aider quelqu’un à sortir d’une belle panade, notre façon de remercier nos papis fonceurs, qu’on ne reverra certainement jamais.

2 commentaires sur “Ferry or not ferry ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s